De galet, je deviens sable


Souvenez-vous, vous mes fidèles qui me lisez ! Je suis un galet et j’imagine ce qui va suivre. Alors, âmes sensibles s’abstenir ! Les autres, accrochez-vous, car moi-même, je ne sais pas où je vais vous emmener !

Je sais seulement que de galet, une partie de moi va devenir poussière, c’est prévu par tous les grands livres et là, j’avoue, je n’invente rien !

Donc, présentement, je suis un galet qui ne s’est pas encore débarrassé de ses cellules vitales qui vont crever lentement pour former une sorte de compost. Et, pour emmerder une dernière fois la race humaine, je m’agglomérerai aux glyphosates et autres composants chimiques qui se trouveront au fond du lit du long fleuve devenu tranquille avant le delta. Un fleuve qui plane, quoi !…parce que déjà mort.

Certes, mes molécules nourriront tout de même les quelques rares algues toxiques qui seront ingérées par les poissons d’eau douce.

Ah, j’avais averti que ça allait être gore !

Mon sang, matière non recyclable, ira teindre les boues qui entreront dans la mer. Ces fameuses boues rouges qui tuent tout biotope sur le littoral – en effet, même si actuellement, je mange sain, je suis quand même un réceptacle de saloperies ingérées dès mes débuts de vie, sans compter les dioxydes de carbone que j’ai respirés depuis que le diesel est devenue une mode pour les gros 4×4 urbains qui bouchonnent en plaine – ces substances qui ont sali mon sang de telle sorte que le biocénose naturel marin se refuse à l’intégrer dans sa flore, et je ne peux lui en vouloir !

Pour ce qui est du reste, advienne que pourra ! Je vais faire comme la totalité des Occidentaux – dont je fais encore partie – je laisserai le merdier que j’ai foutu aux générations suivantes !

Et il me faut voir l’avantage de vivre dans un pays riche complètement plissé par les Alpes, c’est que j’ai un destin assez précis qui est déjà tracé. Je vais automatiquement finir dans le Rhône, ce qui me permettra d’éviter l’affront d’être pris pour servir de ricochet (voir article précédent : Je suis un galet), car je ne pense pas que mes vieux os auraient encore supporté une série de rebondissements aquatiques avant de finir dans la mer. Parce que oui, ce seront bien mes os qui feront de moi des galets avant de devenir sable.

Inutile de dire qu’à ce stade-là, je n’en aurai plus rien à battre de l’homo sapiens ça vient – ça va ! Et lui non plus d’ailleurs ! Mais je ne veux pas me vexer pour autant, d’autant que certaines cellules de mon corps iront intoxiquer d’autres êtres vivants – plante ou animal – qui finiront bien dans l’estomac des quelques gens qui goûteront leur nourriture présentée avec force fioritures, puisque c’est la mode de confectionner de jolis plats avec de la merde, ceci afin de finir en photos sur Instagram ! Quel honneur, tout de même !

Mais je me perds un peu, là ! C’est qu’à force d’être désintégrée, ma mémoire se disperse avec mes anciens composants.

Devenir sable ! (heureusement qu’il y a un titre à ce texte !)

Avec la notion espace-temps réduit à un galet, je me ferai bercer par le ressac et, à force de cohabitation avec d’autres congénères, sans compter quelques rochers que je vais rencontrer, je vais m’élimer, m’érosioner au point de devenir sable dont une infime partie profitera des marées pour aller s’échouer sur les plages.

Et oui ! Les pages sont composées de tas de petits minéraux qui, ensemble, ont une mémoire collective. C’est pourquoi une trace de pied ou de patte s’imprime si facilement avant que la septième vague vienne l’effacer. Et si ce n’est pas cette vague-là, ce sera celle de l’équinoxe, tant que la lune ne se sera pas trop éloignée. Mais ça, c’est encore une autre histoire ! Toujours est-il qu’il est bon de savoir qu’une grande partie de nous finira sur les plages, sous le soleil exactement, et cela gratos !… et sans devenir ricochet.

Au pire en pâté d’une sculpture éphémère…

La vie de château quoi !

Gene


2 réflexions sur “De galet, je deviens sable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s