LE PEN: L’INSURRECTION QUI VIENT?


Miles

(Photo: Miles Davis 1984)

J’espère sincèrement retrouver matière à rire, de nouveau, un peu, en coin, demain.

Sachant que nous sommes possiblement en train de passer un point de non retour, le breaking point qui, quelque soit l’issue du scrutin, fera déclencheur. MLP en portera la responsabilité historique. Cependant cela n’aura pu être que par la rencontre de son délire avec le délabrement de la situation sociale globale, économique et culturelle.

J’emprunte sciemment ici en titre « l’insurrection qui vient » au livre éponyme paru en 2005. De ce que celui-ci prophétisait à partir du constat que « le chaos, la décomposition de toutes les formes sociales est une aubaine pour la révolution », MLP s’est saisie ces derniers jours avec une violence jamais encore clamée par aucun membre de « l’establishment » français – sinon son propre père à l’heure de la Guerre d’Algérie.

La décompensation – « lâcher prise » diront certains – à laquelle M. Le Pen a cédé, lors du débat d’abord mais surtout lors de son dernier discours en Picardie le lendemain, n’a pas pour cause « le fait que, sachant qu’elle ne serait pas élue, elle a voulu tout casser ». On ne comprend vraiment pas pourquoi, venant de conclure alliance avec NDA (Dupont Aignan), elle aurait été tout soudain persuadée de son échec. Cette interprétation bidouillée par des médias obligés à la neutralité ne tient pas une seconde.

Ce qui s’est passé, et qui a détruit toute la construction de fausse unité que MLP croyait dès lors invincible grâce à ce pacte, est très banalement ce qui arrive dans les riches familles lors des mésalliances: le rejet de la « pièce rapportée ». Riche famille Le Pen, FN compris gravitant autour de la tribu contre la pièce rapportée: NDA, son fardeau de dettes et son petit panier de voix. La famille a hurlé – à l’abri des hauts murs de Montretout (Montrerien en l’occurrence). MLP est brisée. Elle a trahi le Père, choisi le manant et se prend l’Oedipe en pleine gueule. Le temps s’arrête. Elle s’effondre et tourne en boucle dans le débat, reprenant toutes les 10 minutes ses bordées d’injures, de retours obsessifs sur le passé – pas le sien, celui de l’autre, l’autre qu’elle est incapable de voir, de reconnaître et respecter comme tel. Le fusionnel, la clôture « lepénistique » se referme, MLP peut ricaner, mentir, vociférer – plus elle se débat (sic) et plus elle redevient son père.

L’imbécillité de Pontaignan n’a certainement pas permis à ce dernier d’être aussi retors – il y a juste suffi de sa perversité. Il fallait à ce dernier obtenir de MLP qu’elle revienne au bénitier – les voix de « Sens commun – et à l’Europe – à rechristianiser. Elle improvisa un grand écart à la Macron (si lui y arrive, hein, pourquoi pas elle?), en trois jours. Hélas, contrairement au modèle envié, elle ne ressuscita pas. Sa pensée s’écroule. Fracas.

Sa rhétorique, lors de son passage en Bretagne, de son dernier discours en un village picard puis de sa visite à Reims franchit alors encore plusieurs degrés dans l’outrance. Juriste, elle proféra des accusations infondées: contre l’opposition rennaise venue l’accueillir à jets d’oeufs, contre « la racaille d’extrême gauche à éradiquer », contre les « hordes » lancées contre elle par « En Marche » – sans parler du faux bancaire diffusé sur le Net contre Macron. Prétendue laïque et pourfendant « le religieux » (quand elle renie « le religieux » il faut entendre: l’Islam), elle défendit Reims « lieu de baptême de la France, notre sacré » (entendez: le catholicisme). Après le naufrage de sa position sur l’Europe, l’Euro et ses aberrations sur un pseudo passé monétaire triomphant de « l’Écu » (si cher aux cathos et qui n’a jamais existé), sa confusion mentale l’amena à se désincarner elle-même: discours de Picardie où elle se mit tout à coup à clamer, poétesse pitoyable, « J’ai été la veuve du paysan qui se suicide! J’ai été le chef d’entreprise qui ne peut pas payer ses factures! J’ai été la jeune fille qui n’ose pas enfiler une jupe le matin! » pour enfin réclamer à corps et à cris l’amour de ses fidèles assemblés et leur promesse de passer aux actes. On remarque que lors du reportage (intégral) de ce discours il n’y eut jamais la moindre prise de vue sur la foule assemblée. Étrange, non, pour un média? On n’y vit que MLP mal fagotée, engoncée dans un caban, visage gonflé et boursouflé, vociférant sur l’estrade. Qui étaient donc ceux qui hurlaient en face « Marine on t’aime », « On est chez nous », « On les aura » (ou peut-être « Dehors les rats »…)? Discours glaçant, terrifiant. Toute la rhétorique du chaos ouvrant « l’aubaine de la transformation » que « réalisera par lui-même le peuple libre » (celle, précisément, de L’insurrection qui vient) s’y déploya. Y compris l’appel à l’insurrection acclamé par la l’invisible foule hurlante…

Comme si, désormais, la seule voie qui peut lui permettre de reconstituer l’unité de l’extrême-droite et de la famille qu’elle a « trahie » est tout simplement la destruction.

C’est bien cela qu’ont entendu et compris ses miliciens. C’est en hurlant « On t’aime » qu’ils s’y sont voués.  C’est bien de cela aussi qu’ils ont besoin. Le « cercle élargi » de ses électeurs – pour beaucoup sur le point de rupture à force d’échecs, d’humiliations, de mépris et de manque de secours – est lui aussi prêt à rompre les digues. Sans parler des fanatiques de Pontaignan. La même violence se libère chez leurs opposants – dans la même misère.

Je comprends qu’on ne veuille pas voir, pas entendre. L’intolérable, l’inconcevable, la terreur. Beaucoup sont en état de sidération. Je l’ai été moi-même, sur l’instant.

Mais je crois que Coluche, s’il était là, n’en rirait pas.

Demain sera vraiment un autre jour.

 

 


3 réflexions sur “LE PEN: L’INSURRECTION QUI VIENT?

  1. Un point d’honneur aux infos de la RTS du 19h30 hier, qui met bien en valeur les rapports qu’entretiennent Trump et MLP ainsi que la potentielle menace de MLP lors du débat télé de mercredi. Mais regardons plutôt : https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/emmanuel-macron-pirate-des-documents-internes-publies?id=8600222
    juste 2 minutes et quelques poussières de secondes de visionnage…on prend le temps ! Surtout lorsqu’on sait que les USA ont tapé sur le dos de la Russie ayant favorisé l’élection de Trump. Hi hi hi !!!

    Bises
    Gene

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s