RETOUR SUR L’ÉTAT D’URGENCE : L’AGCS vs TERRORISME


Plombée hier, la légèreté de « l’état d’urgence festif  » a rendu leur signification morbide aux Champs Élysées parisiens: ce mythique « lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort ». Loin de la vertu, ce paradis de la vénalité tout à la gloire de l’obscénité du luxe est rappelé à la réalité de la banalité du mal qui fait notre quotidien: celui du flic surpris au volant, du badaud bavant devant la vitrine ou du rupin jalousé qui en sort les bras chargés. Devons-nous tous baguenauder vêtus de gilets pare-balles et intégralement casqués? Le casque intégral est-il pire ou non que le voile?

Je n’ai jamais aimé « la plus belle avenue du monde » et toujours évité si possible d’y mettre les pieds – tout autant que dans les autres temples dévolus à d’autres cultes.

Le suicidaire fut abattu. Viser les forces de l’ordre doit être pensé plus anxiogène: si le flic est incapable de se protéger lui-même, imaginez ce qui nous attend quand « ils » agiront en masse. L’état d’urgence sera donc prorogé pour longtemps. Restons unis. Et même pas peur. Pour Fillon et ses clones, la guerre (contre le terrorisme et lui seul) sera longue, qui vient pour Le Pen d’être « perdue » –  comme par hasard justement hier.

État d’urgence prolongé sine die – autrement dit traduisons: la marche forcée de la dévoration capitaliste est donc suspendue elle aussi (cf. la seule clause de l’AGCS autorisant les États à déroger à l’injonction de privatisation générale). Pour l’instant donc, l’état d’urgence représente paradoxalement la seule possibilité légale permettant la mobilisation des luttes sociales. Lesquelles luttes, avec le cortège de manifestations et d’initiatives subversives qu’elles entraînent, contreviennent de plein fouet au réquisit de l’état d’urgence et peuvent justifier à ce titre d’être réprimées, elles aussi, par la violence.

Voilà très exactement le point d’aberration politique où nous en sommes : seul l’état d’urgence permet de suspendre les ravages du Dragon de Komodo capitaliste et simultanément de renforcer la répression du mouvement social d’émancipation.

Bon courage aux prochains « élus »… pour autant qu’ils en soient dignes.

L’ultra libéralisme de l’AGCS et de tous ses petits traités subséquents qui a démantelé les droits sociaux, détruit les structures sociales, livré chacun à la convoitise d’un luxe discount frelaté, jeté des millions de gens dans la misère, financé et armé les intégrismes afin d’éradiquer les mouvements de libération porte la responsabilité historique de l’étau qui se resserre partout. On ne peut pas dissocier la lutte contre le terrorisme, le combat contre les dogmes et la guerre contre la folie capitaliste (en admettant qu’il n’existe jamais un capital autrement que cinglé): on n’a ici affaire qu’aux trois visages de la même force brute. Comment les vaincre sans verser soi-même dans la même brutalité, le même aveuglement, la même bêtise?

L’invincibilité apparente du terroriste consiste à couper les ponts derrière lui: qu’il détruise lui-même son passeport ou soit déchu de la nationalité française, dès lors apatride il ne peut être renvoyé nulle part; l’ultime effacement, dans l’acte meurtrier, consiste à renoncer à la vie. Autrement dit le kamikaze met en pratique, sur le champ si j’ose dire, la peine de mort immédiate – et partagée.

Or, couper les ponts derrière soi est l’exacte modalité requise par ces mêmes traités commerciaux : l’AGCS impose ainsi noir sur blanc un « effet de cliquet » qui interdit toute remise en cause de la moindre privatisation, quelque soit les conséquences de celle-ci. Il s’agit, avec ces traités, d’un terrorisme mercantile, financier: le mot n’est pas trop fort qui désigne précisément une marche forcée sous la contrainte sans possibilité de retour. Le seul « bémol » à la dictature des marchés est l’obligation pour eux de maintenir en vie, et en possibilité de pouvoir d’achat a minima et à crédit, sa cohorte consommante: comme le disait Ford, « Je paie mes ouvriers pour qu’ils achètent mes voitures » No comment.

On a ici affaire à un seul et même processus de destruction, originairement appuyé sur un seul et même délire dogmatique (au sens strict dia/bolique c’est-à-dire dissolvant la puissance symbolique de toute culture supportant une cohérence sociale vivante et créatrice et non « cohésion forcée »), l’un opérant par l’abolition des droits (individuels et collectifs), l’autre par l’élimination physique (individuelle ou en masse) des individus (1).

Si pour l’ultralibéralisme les salariés, surnuméraires du point de vue du profit tout comme les pauvres, sont « gens de trop » dont il lui faut se débarrasser, le terrorisme et les guerres qu’il entraîne réalise cette élimination, qu’il faut bien alors qualifier de massive, consciente, délibérée, programmée et industrialisée : réplique exacte d’une « solution finale » dont nous devons, pour la vaincre, faire tomber le masque.

En rétablissant d’urgence nos droits sociaux et fondamentaux.

En les défendant et les protégeant.

Seul et véritable état d’urgence.

(1) Scoop: le « terroriste » qui a lancé une bombe (au moins) contre le car des footballeurs de Dortmund serait « un spéculateur qui, ayant parié sur la baisse sur le club allemand, voulait rafler sa mise surmultipliée ». Les traders, n’est-ce pas, sont tellement innocents… tout autant que les fonctionnaires nazis qui « ne faisaient que leur travail ».


5 réflexions sur “RETOUR SUR L’ÉTAT D’URGENCE : L’AGCS vs TERRORISME

  1. D’autant qu’aux dernières nouvelles, même si le rebelle ayant canardé les policiers des Champs-Elysées a laissé une lettre comme quoi il ferait cela au nom de DAESH, on ne lui connaît pas d’antécédent de radicalisation islamiste.

    Perso, l’état d’urgence est chez moi, où j’ai merdé avec mon disque dur externe et je plonge depuis 2 jours – et je pense que je vais devoir faire des heures sup – pour retrouver mes 2 To de données. Le disque dur est neuf et je le vois dans le terminal, mais impossible d’y avoir accès, et plus j’essaie, plus il se verrouille le con !

    Bises de Gene qui a d’autres priorités que des mecs qui sortent avec leurs fusils d’assaut pour aller tirer des loups hors saison de chasse !

    Par contre, il semblerait que Fillon, Le Pen et Macron mettraient en doute la possibilité que le réchauffement climatique serait d’origine humaine. Il a fallu que les débats soient interrompus pour apprendre cette terrible nouvelle. Ce sont qui les terroristes ?!

    J'aime

  2. Yes Miss, il y a des cycles planétaires de refroidissement et de réchauffement (sait s’autoréguler la belle).
    Donc il est parfaitement possible sinon probable qu’on soit aussi dans une phase « naturelle » de réchauffement.
    Et c’est justement cela qui est extrêmement grave puisque la connerie humano-industrielle vient en rajouter des louches et rend ce réchauffement d’autant plus insupportable que la planète ne peut pas l’absorber vu qu’elle-même se réchauffe…
    Quand les abrutis à courte vue se servent de la science à leur seul profit en diffusant de la bêtise en toute inconscience: ce sont eux qu’il faut urgemment passer à la casserole !!!!
    que se vayan todos!

    Aimé par 1 personne

    1. Ouaip, mais avec le temps, j’ai foiré mon HDD et il va falloir que je rentre dans mon système pour essayer de le réparer et récupérer mes données. Ce qui ne m’a pas laissé le temps d’écouter une tite émission sur le narcissisme des politiciens que je voulais mettre sur les AZAs.

      ça me tue, mais ça me tue !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s