Marseille dans ses œuvres


Lignes de force

Comme les abonné(e)s du fil Twitter @LibertaliaLivre en ont été informé(e)s, «une partie du gang Libertalia» se trouvait à Marseille entre jeudi soir (présentation des éditions à Manifesten) et dimanche matin (samedi soir: concert antifa au Molotov).

Bal populaire ingouvernable au cours Ju’.

Vous chantiez, j’en suis fort aise, et bien courrez maintenant…

Le temps de méditer cet aphorisme, il sera peut-être trop tard (calanque de Morgiou).

Pour se rendre à Morgiou, on passe devant la prison des Baumettes. Le mur d’enceinte est «orné» de sept haut-reliefs du sculpteur Antoine Sartorio. Un pour chacun des sept «péchés capitaux»…

Répugnante et grotesque alliance des moralismes catholique et pénitentiaire.

View original post


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s