DU BON USAGE DE L’ÉTAT D’URGENCE FESTIF…


Flamby

À nous, ci-devant cons et mal comprenants qui persistons à nous asseoir aux terrasses, à manifester, à festoyer – voir à répondre à l’appel du Trocadéro lancé par un autre grand inconscient agitateur d’État – : qu’est-ce que l’état d’urgence et à quoi sert-il?

À nous protéger. Voir le nombre de mirlitaires déambulant de ce pas nonchalant, chaloupé à la napolitaine et qui leur donne l’air de s’emmerder grave en attendant le kamikaze – d’autant plus qu’ils leur est interdit de siffler les filles ou tailler le bout de gras avec le populo : doivent porter sur la tronche le masque (à gaz) permanent du mortel danger qui rôde. Irrésistible envie de leur chatouiller le menton (j’arrive pas plus haut même en tendant le bras) de la plume perdue d’un vieux pigeon juste pour voir à quoi ressemble une GAV.

Prorogé l’état d’urge dont tout le monde se fout, présidentielle oblige qui bat le pavé en attendant qu’il vole.

Haro sur l’Europe et ses lois pro capitalistes scélérates. L’Europe qui n’est pas dirigée par des européens, mais par un collège (comme quoi les trotskos n’utopisent pas en exigeant un collège présidentiel national vu que ça marche ici aussi bien qu’un seul homme), baptisé « commission européenne » et composé des dirigeants de chaque pays membre: ce n’est donc pas « l’Europe » qui décide, mais bien les États membres. Le Parlement européen ne servant à peu près à rien – de même que notre Assemblée Nationale censée « élaborer les lois » est réduite à voter (quand il n’y a pas de 49.3) les projets de loi ourdis par le gouvernement, les propositions de loi qu’elle élabore finissant généralement à la poubelle. C’est ce qu’on appelle des parlements croupions.

Lesquels États membres, parmi une majorité de pays du monde, signèrent et ratifièrent à l’OMC il y a plus de 15 ans l’AGCS – Accord Général sur le Commerce DES Services  (et non « et des » services comme on l’entend souvent). Cet accord lança le démantèlement général (mondialisé) des services publics et leur privatisation, faisant obligation à chaque état de garantir aux investisseurs privés (banques, sociétés d’assurance, industries, etc.) une totale liberté à leur voracité et la « paix sociale » censée protéger celle-ci.

Ainsi l’une des clauses de l’AGCS ordonne explicitement la diminution des fonctionnaires.

Une autre fait droit aux États d’une seule forme de souveraineté, celle qui touche aux pouvoirs régaliens (armée, police, justice, prison) ceux-ci étant nécessaires au maintien de la paix (dite sociale) au seul profit de l’investisseur.

Mais une seule clause dans l’AGCS est suspensive du processus de privatisation universel: celle qui précise que cette suspension (temporaire) peut être légitimement instauré par un État à partir du moment où les désordres, risques et dangers exigent la promulgation de l’État d’urgence…

Et maintenant, cons et mal comprenants, avons-nous compris la véritable motivation de l’état d’urge prorogé: ce n’est qu’à cette condition que Flamby peut, in extremis, risquer quelques mesurettes vertueuses en faveur des pauvres – audience donnée à quelques négociations syndicales, grèves, occupations, maniffes; petite brassée d’emplois (savoir par exemple « qu’embaucher des fonctionnaires », ça n’existe plus: tout se fait dorénavant sous forme contractuelle autrement dit sans garantie à vie); péroraisons diverses.

Et pourtant, aucun candidat n’en parle, de l’AGCS. Même pas ces « nano-candidats » comme s’amusent à dire les médias: Arthaud, Poutou et l’Asselineau qui connaît par coeur tous les alinéas de tous les traités… Tous disent « sortir de l’Europe » – comme si cela allait changer quoi que ce soit au statu quo que l’accord, précisément, a érigé en règle intouchable, interdisant expressément tout retour en arrière une fois que le moindre pas de « progrès » a été effectué dans le sens de la privatisation sauvage.

Trop compliqué l’AGCS pour le cerveau moyen citoyen intoxiqué par Le Lay et la Toile. Ça va encore l’embrouiller (déjà que, hein, bon), l’effrayer, le conduire à se « radicaliser » et à de tristes extrémités. D’autant que, depuis ce jour de 2001 où Villepin en tant que Premier et Sarkosy en tant que Finances ont ratifié en secret l’accord au nom de la France (et à l’écart, comme les autres nations, de toute consultation parlementaire), on pouvait croire que Flamby, pourfendeur de la « finance internationale » en 2012, allait enfin cracher le morceau et poursuivre d’un doigt vengeur les coupables ci-dessus. Ben non. Rien. Sauf sa promesse, en 2015, que la taxe Tobin serait mise en place par l’Europe « au plus tard en 2017 » et dédiée à l’écologie. On attend toujours. Et l’état d’urge au dernier moment pour se bricoler vite fait un bilan sauvable. Bien vu les kamikazes.

Ah si, Mélenchon en parle un peu mais par alluse, métaphore et détour: il évoque Attac.

Attac qui enfin aujourd’hui se met publiquement en branle contre l’AGCS 16 ans après.

Attac, qui se créa en 1995 contre une première version de ce traité, l’Accord Multilatéral sur l’Investissement (AMI, faut le faire). Alors en négociation à l’OMC mais naïvement au vu et au su de tous tant les rupins étaient déjà certains de notre imbécillité, l’AMI fut retoqué par l’Assemblée Nationale et le Parlement Européen (à l’époque muni d’un droit de veto et qui ne comptait pas 28 pays membres ) : oui, la grande populace démocratique comptait encore sur ses institutions. Et celles-ci fonctionnèrent alors pour la dernière fois. Tous dégagés, les Investisseurs, FMI et dirigeants étatiques compris, s’empressèrent  de faire adhérer à l’Europe un maximum de pays avides de jouer dans la cour des grands et dociles à point. Ainsi, au secret de l’OMC, l’AGCS put enfin être ratifié (aucun grand média n’en souffla mot, sauf une demi-page du Diplo et Ramonet en fut viré). Il ne restait plus qu’à verrouiller l’Europe et limiter le fonctionnement du Parlement européen à la simple gestion des subventions locales (Traité de Lisbonne).

Attac, depuis tout ce temps-là, continuait à lutter pour la taxe « Tobin ». Laquelle consistait à l’origine (en 1972) à prélever un pourcentage infime sur les profits boursiers afin de limiter la volatilité des changes et qui devint, dans la conception d’Attac, taxation sur toutes les transactions financières afin de sauver la planète et de nourrir (via l’OMS et Monsanto?), le monde entier. Ce qui malheureusement, en théorie, implique forcément qu’il faille que les marchés tournent toujours à plus fort régime si l’on veut que ladite taxe tienne péniblement sa progression à la pharamineuse hauteur de 0,01%.

Plus je pédale moins fort…

Mais voilà! Le chômage baissa dans ces 6 derniers mois du mandat de Hollande qui virent promulgation et prorogation d’un état d’urgence pur prétexte légal (patrouilles et bavures exceptées) pour paraître suspendre un temps, sans que rien n’en soit explicité (on est chez Hollande et son grand art diplomaco-paranoïde de la magouillette sociale-démocrate) la marche forcée du profit meurtrier.

Bravo Flamby et tes petits bras costauds.

Et Tsipras, refusant de lâcher prise dans l’espoir que l’Europe bouge et cédant à une extrême droite qui nettoie en son nom Exarchia.

Et Erdogan obtenant les pleins pouvoirs – prévus dans la constitution française de la Vème et à portée de griffe du/de la prochain(e) élu(e).

Et la menace, qui finira elle par se concrétiser, de la guerre qui va calmer tout le monde et faire passer aux oubliettes le timide « printemps français » de 2017 et toute tentative des protestataires européens de sortir de l’impasse : Trump est là, aux ordres, embusqué sur la rive coréenne – alors que les universités américaines entrées en résistance ouvrent des cursus gratuits pour les étudiants à qui les banques refusent des emprunts – prêt à lancer sa « solution finale » sur la Corée du Nord. Et El Hassad dormira tranquille.

Priorité d’état d’urgence oblige: le Printemps Solidaire de demain sera certainement moins « protégé » que les innombrables églises qui feront bénitiers pleins…

Bienvenue dans un monde de justice révolutionnaire.

 

Documentation:

Texte AGCS (Résumé):

https://www.wto.org/french/docs_f/legal_f/26-gats_01_f.htm

Attac:

http://attac.valenciennes.free.fr/topoOMCAGCS.php

 

Advertisements

3 réflexions sur “DU BON USAGE DE L’ÉTAT D’URGENCE FESTIF…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s