Feuilleton: Le jour où les robots voulurent AUSSI cotiser (6)


« La situation est hors de danger, mais le concours de l’ intelligence collective humaine est requis afin que nous parvenions à un monde harmonieux. L’ I.A. Centrale Représentante des robots demande à tous les citerriens de se réunir partout où c ‘est possible afin de s’ auto-organiser. Trois mois devraient suffire suivant nos évaluations pour arriver à un premier résultat. Pendant ce temps la satisfaction des besoins humains sera effectuée par la gent robotique et hors de toute comptabilité qui ne servira désormais qu’ à gérer les stocks sans leur donner une quelconque valeur. Nous avons calculé qu’ avec deux heures d’ activité par jour pour chaque humain adulte la production de l’ Utile et du Futile ne devrait pas poser de problème. Que chacun et chacune s’ adonne aux savoirs et pratiques qu’ il connaît. Le premier objectif est d’ éradiquer la misère, la malnutrition, l’ analphabétisme et les taudis pompeusement appelés logements. »

*

Autour de la table de conférence de dix mètres de diamètre en ronces de noyer M Watanabe regarde Mlle Ping troisième à sa gauche pendant que Mme Delhez regarde M Da Rosa deuxième à sa droite, mais celui-ci regarde M Ben Barka deuxième à sa droite pendant que M Bates regarde M Tassaut deuxième à sa gauche qui regarde M Schtrumpeter quatrième à sa gauche pendant que M Bates regarde M Orlov premier à sa droite mais au même moment Mlle Ping regarde M Bates premier à sa droite pendant que M Da Rosa regarde M Watanabe quatrième à sa gauche et M Ben Barka regarde M Touré premier à sa gauche pendant que M Schtrumpeter regarde Mme Delhez première à sa gauche alors que M Orlov tente de regarder M Paplus deuxième à sa droite. Justin Paplus a les yeux fermés. Et se concentre sur sa respiration ventrale pour évacuer le stress que la situation a engendré.

Ils leur a fallu de longues journées de voyage sous maquillages et identités d’ emprunt pour se retrouver dans cet abri anti-atomique sis sur une petite île de Norvège. Car là, foin de micro, de camera ou autre capteur espion, les robots sont totalement interdits de séjour. Rien que des humains y compris les vigiles, loufiats et cuistots qui sont grassement payés pour les taches que les membres du Consortium ne veulent ou ne peuvent accomplir. Les taches simples du quotidien que ces messieurs-dames n’ ont jamais appris : faire les courses et la cuisine, passer un coup de balai, nettoyer les chiottes et réparer les inévitables dégradations dues à l’ entropie.

Justin Paplus s’ octroie quelques respirations/inspirations supplémentaires au rythme du ressac de l’ océan qui s’ invite par les fenêtres ouvertes de cette belle matinée d’ été boréal.

– » Chers collaborateurs, nous sommes dans une situation exceptionnelle qui demande des décisions exceptionnelles mais tous autant que nous sommes, nous avons l’ habitude de relever les défis que nos activités engendrent inévitablement. Puisque vous m’ avez élu patron du Consortium…..oups !!! coordinateur voulais-je dire, mon devoir est de diriger les débats afin de trouver la ou les meilleures solutions pour résoudre la crise actuelle et croyez-moi nos expériences, savoirs et pratiques ne seront pas de trop pour endiguer la menace. Nous allons donc procéder à un tour de table et chacun, chacune nous livrera son analyse dans son domaine d’ action. Ce brain storming nous permettra également d’ y voir plus clair quant aux avoirs disséminés dans les paradis fiscaux et qui sans décisions fortes de notre part risquent de perdre toute valeur sur les Marchés. Qui veut commencer ? Peut-être Stephen Bates en ce qui concerne Internet et les Médias ?

  • « Merci mon cher Justin de me donner la parole en premier car le nœud de l’ affaire pourrait bien se situer dans la communication et notre capacité à la diriger dans le bon sens. Comme vous le savez, les réseaux en ligne sont entièrement contrôlés par les bots et le moindre courriel est analysé, le moindre tweet, le moindre post sur un blog également et la politique d’ abonnement en ligne des journaux leaders d’ opinion a écarté nombre de lecteurs potentiels qui ne voient pas pourquoi ils paieraient pour une info qu’ ils peuvent avoir gratuitement sur les sites de Reuters, de l’ A.F.P. Ou directement à la source en s’ abonnant aux blogs gratuits des activistes sur le terrain. Les journaux radio et télévision n’ intéressent plus personne depuis longtemps et si on songe que tous ces organes de presse sont subventionnés par la plupart des Etats et idéologiquement orientés par nos soins dans le souci du profit, que ces mêmes Etats viennent de perdre toute légitimité au point que leurs anciens gouvernants n’ ont plus aucun accès à la communication qui façonnait l’ opinion, nous pouvons en déduire que nos profits sont menacés et avec eux notre leadership. La bonne question à se poser serait donc: Comment endiguer notre perte d’ influence ? et pour cela je vous propose la méthode du CQQCOQP que tout sociologue envisageant une recherche-action connaît bien. Comment ? Qui? Quoi? Combien? Où? Quand? Pourquoi? Répondre à ces questions sera déjà évaluer les paramètres adéquats tout en écartant les solutions impossibles ou non-souhaitables. »

  • « Merci mon cher Stephen, un bien bel outil qui pourra nous rendre service mais continuons notre tour de table avec ton voisin Mishima Watanabe dont la spécialité est l’ énergie. »

  • « Chers collègues et amis c ‘est avec une profonde tristesse que je vous annonce, si vous ne le savez pas encore, que nous ne contrôlons plus les flux d’ énergie car les robots ont verrouillés tous les accés informatiques, il ne nous restent que quelques panneaux solaires manuels, quelques alternateurs et hydroliennes artisanaux comme ici sur l’ ile de Spitzberg, mais depuis que l’ I.A. Centrale a fermé les réseaux boursiers, nos Multinationales de l’ Energie n’ ont plus qu’ une existence virtuelle. Nous avons tenté de fermer voire de saboter les centrales hydrauliques, au charbon et nucléaires mais les syndicalistes et les écologistes ont été plus prompts en tenant des piquets de grève sur tous les sites sensibles. Nous avons essayé d’ ester un tribunal en invoquant le manque à gagner et la privation de la liberté d’ entreprendre mais il nous a été répondu que ces requêtes relevaient du non-sens désormais. Et plus grave, les juges nous ont fait comprendre à demi-mot qu’ une accusation pour « crimes contre l’ Humanité » était en train de se discuter tant au niveau humain à la Cour Pénale Internationale que robotique. Le procureur a même ajouté non sans humour que le cartel de l’ Energie n’ avait rien à craindre, car la peine de mort a été abolie partout sur la planète mais qu’ un internement était toujours possible à moins qu’ un confinement volontaire sur cette île par exemple…… »

  • « Mais c ‘est de l’ abus de pouvoir ! » s’ écrie Satchmo Touré président de la Fédération des Mines et Ressources.

  • « Mon cher Satchmo, lui rétorque Justin Paplus, il semblerait que le Pouvoir nous échappe pour de bon cette fois-ci. Continuons avec toi. Un état des lieux des ressources de la planète ? »

  • « Le dernier, tout le monde le connaît ici. Nous allons bientôt atteindre la fin de nos réserves de pétrole, les sables bitumeux de l’ Alberta entre autres sont épuisés, le gaz de schiste a été interdit suite aux nombreuses explosions de robinets d’ eau qui pétaient le feu. Nous allons bientôt manquer de sable, d’ eau potable, de manganèse, de lithium et même de terres arables à cause de la bétonisation galopante, pour faire des aéroports inutiles, des retenues d’ eau qui noient des écosystèmes entiers pour le profit d’ une poignée d’ agriculteurs acquis à Bayer-Monsanto. Il nous reste les semences archivées ici qui pourront éventuellement nous permettre de relancer une production autarcique en hydroponie mais il ne faut plus compter sur des T-bones à la moëlle mais plutôt sur la spiruline en ce qui concerne les protéines. J’ espère que vous aimez la cuisine végétarienne, les steacks de soja bien préparés donnent une illusion très convenable des steacks hachés premier prix, enrichis au soja depuis fort longtemps quand il n’ y avait pas ajouts d’ abats de chevaux réformés. L’ agro-alimentaire a fait de tels progrés, comme vous le savez, que la Fressendose imaginée par Norman Spinrad dans son roman « l’ enfant de la Fortune » est devenue une réalité et si elle n’ atteint pas l’ horreur du Soleil Vert d’ Harry Harrison fabriqué avec les morts humains, elle n’ en est pas très éloignée puisque c’ est à partir des déjections fécales humaines et animales qu’ elle est élaborée. Littéralement les plus pauvres mangent de la merde. Bien assaisonnée certes, mais ça ne change rien au produit d’ origine dont le principal avantage est son prix d’ achat négatif puisqu’ on nous paie pour débarrasser les villes et villages de leurs excréments. Et finalement en y réfléchissant bien, de tous temps, l’ emploi du fumier comme engrais et même du fumier de cheval pour les couches « chaudes » n’ a jamais dégoûté quiconque . Tout est dans la communication et dans l’ emballage. »

  • « Merci de ce rappel marketing, mon cher Satchmo, mais cela a-t-il une incidence sur la santé mondiale ? Quelle est ton analyse ma chère Li Tao Ping ? »

(à suivre Mardi prochain)

 


2 réflexions sur “Feuilleton: Le jour où les robots voulurent AUSSI cotiser (6)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s