LE PEN, LA LANGUE ET LA VIPÈRE


Le Pen parle.

La langue, le droit, la loi, tout est passé au hachoir.

Son matraquage systématique de contradictions et de retournements de sens produit un discours, un langage dévastateurs sur le plan logique et idéo/logique. Il empêche la réflexion, interdit la critique et la pénétration de la pensée: dès lors obligé de « changer de sujet », tout contradicteur de Le Pen voit aussitôt agressé à ce titre. Imparable?

Je renvoie à l’excellent article de Laurence Aubry, L’Inflexion totalitaire de la langue du Front National ou l’appel du vide, lisible sur  http://www.aspasia.fr/?p=443

L’interdiction des langues régionales est depuis longtemps une obsession frontiste: Stéphane Ravier  (maire FN) ordonna d’ailleurs en Juin 2014 dans le 7ème district de Marseille par circulaire aux fonctionnaires municipaux – particulièrement ceux de l’animation sociale et culturelle ainsi chargés de faire taire les cultures « immigrées »…

Se faire élire au parlement européen en tant qu’europhobe est alors légitime; le voler l’est dès lors aussi et profiter de l’immunité qu’on lui doit pour fuir une convocation judiciaire admirable coup de poker. Ça c’est de la manip efficace: voyez à quel point elle est costaude face au « droit du plus fort ». La technique d’entrisme de Le Pen au coeur de « l’ennemi » européen pour le voler et en exhiber l’impotence soulève l’admiration des ouailles: voyez à quel point c’est facile de vaincre illégalement par les voies légales. Puisque l’Europe nous vole, volons-là en retour et puisqu’elle me protège je n’ai rien à en craindre.

Logique régressive infantile qui pétrifie d’angoisse quiconque a deux sous de jugement.

Le Pen, avocate, est entourée d’avocaillons (ou sinon de « docteurs en droit »). Elle assène ces qualificatifs en arguments-massues pour écraser toute polémique, contradiction et la moindre critique. On ne peut prendre en défaut sa rhétorique de prétoire car celle-ci fonctionne sur une logique fermée, tournant en boucle sur la contradiction interne masquée érigée en système de pensée.

Ainsi lors de son dernier meeting elle assène que » la Justice est une autorité et non un pouvoir ». Autrement dit, si la justice n’est pas un pouvoir, revendiquer comme elle le fait pourtant la « séparation des pouvoirs » ne peut toucher la justice. Dès lors si la justice ne doit être qu’autorité, alors elle ne peut être purement et simplement que l’autorité de l’Etat – exactement comme l’était la justice pétainiste hier et l’est aujourd’hui la Charia.

Mais elle ne dit pas « l’Etat » – pas encore. Elle dit « le peuple ». Et son peuple avale goulûment: la justice, c’est lui, Marine le dit. Demain il dénoncera, jugera et exécutera. D’ailleurs n’exige-t-elle pas déjà le fichage des journalistes?

Le Pen est avocate. Elle sait donc en quoi elle ment. Elle connaît les fondements du droit, à commencer par l’indépendance des juges sans laquelle aucune démocratie n’est possible. Et le droit fonde la philosophie comme référent de la loi: toute loi et toute justice doivent obéir aux principes de la philosophie du droit. Ces principes, censés universels, garantissent le respect des libertés individuelles et collectives ainsi que celui des droits fondamentaux définis sous le terme de « droits humains ».

C’est là ce qui distingue ce qu’on appelle un « Etat de droit » d’une dictature…

Les fonctionnaires, les juges, les journalistes devront payer leurs crimes de lèse-Marine au jour prochain où sera balayé leur pouvoir de non-droit: Le Pen avocate sape ici dans son discours les principes mêmes du droit. Dans son discours pour l’instant. Rien que cela devrait suffire à la faire radier du barreau. Sans recourir au vocabulaire fasciste, elle inverse le sens et la valeur par constants abus de langage et dissout la contradiction en l’assumant « librement » par sa posture de victime. Autrement dit, la liberté qu’elle revendique et prône ne peut se fonder que sur un seul principe: celui de la vengeance – puisqu’il s’agit d’une liberté victimisée, d’une victime constamment déniée et spoliée en ses droits (!) contre laquelle « l’ennemi » comploteur s’acharne et qui hurle en ses meetings l’absence totale de recours donc de droit où elle se trouve, sinon la force: mensonge, vol, détournement et mise en scène d’agressions – pour l’instant.

Et son public, largement composé d’individus se sachant à tort ou à raison eux aussi spoliés, nourrit toujours plus de ressentiment, de désir de revanche et de vengeance.

Et ça gagne: coatché par Sarkosy, Fillon déclare la loi illégale et attise la « guerre civile ». Mélenchon envoie les journalistes interviewer les vaches sur ses plagiats de Hamon. Macron lance en rigolant à la cantonade, après avoir été  interrogé sur l’oubli des handicapés dans son programme: « y’en a d’autres comme ça qui ont d’autres angoisses? »

« Total respect ».

Sans dire les mots de ses maîtres, Le Pen aspire le sens de ceux qu’elle détourne pour les recrachés vidés. Ainsi vide-t-elle aussi d’intelligence les cerveaux fascinés par le miroir victimisant qu’elle leur tend, en les amputant de toute autre parole possible.

Oui, il faut bien une avocaillonne pour abolir le droit dans la médiocratie inégalitaire d’une « patrie des droits de l’homme » qui ne se paie depuis des lustres que de mots.

Advertisements

5 réflexions sur “LE PEN, LA LANGUE ET LA VIPÈRE

  1. Ouaip, et Fillon prend parti pour les « cars attaqués » des militants Le Pen à Nantes – attaque sur laquelle un commentateur de LCI (même pas peur d’ailleurs) s’interrogeait ce soir: comment s’était-il fait que ces « casseurs » aient pris autant de soin desdits cars alors que dans les rues ils sont allés casser des vitrines?

    Et Fillon de conseiller « n’écoutez pas mes mots, voyez seulement les violences »…
    Tu m’étonnes.

    J'aime

  2. Margarine Lapine perd son pouvoi en Cassation contre Mélenchon qui l’ avait traitée de « fasciste ». La plus haute juridiction de l’ Etat sanfrais entérine donc que le F. Haine est bien dirigée par une fasciste comme nous le clamons ici depuis des années.
    Et je peux ajouter par une NAZIE car son programme de préférence NATIONALE dans le SOCIAL est l’ exacte définition du National Socialisme et de son diminutif allemand NAZI….
    L’ immunité parlementaire européenne de l’ impétrante frontiste pourrait aussi être levée concernant la publication sur son compte Twitter de photos choquantes des exécutions de l’ etat islamiste

    Abraço forte do Sam

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s