La pétuffe de la Quinzaine: Margarine dans La Peine


Au F Haine, ça donne des leçons de morale à tout le monde, ça se veut les mains propres, mais ce n’est rien d’ autre que Poly-tocardEs et siphonneurEs de pognon public.

Courage Fuyons!!!

Ainsi Jeanmarine, sobriquet utilisé par le Canard Enchaîné (qui en a parlé depuis un bon moment) pour moquer la candidate (pas si candide, mes cherEs Voltaires) aurait utilisé 340.000 roros pour faire bosser ses assistants parlementaires non pour l’ Europe mais pour son propre (sic) parti. L’ Europe lui demande de les rembourser.les-casseroles-demarine-le-pen3

Au moment où le grenouillage électoral prend son essor, il semble que peu de poly-tocardEs , tous Partis conNEs-fonduEs n’ aient pas quelques casseroles aux fesses, que ce soit pour acheter des votes comme Sergio Dassault, le super-Haéro des conneries en rafales, ou pour faire bosser la famille comme François Fuyons et sa Pénélope joli coeur de la série « les fous du volant » avec Satanas toujours content de recevoir une merdaille et autres sénateurs des Raies-puent-bible-caïn, et la liste risque bien de s’ allonger comme un nez de Pinocchio expert dans l’ art de la menterie manipulatrice. Sans oublier Macron et le financement d’ « En marche!! »

Quand on pense aux économies à réaliser si ces gensses-là n’ étaient pas rémunéréEs mais simplement rembourséEs de leurs « frais de mission de représentation », mission limitée dans le temps, on a le vertige comme en regardant un tableau de M. C. Escher.

Une autre vertu serait de filtrer efficacement les ambitions politiques, qui n’ étant plus rémunérées, auraient une authenticité critiquable certes, mais délivrée de toute allégeance financière.

cascade-escher
« Cascade » de M.C. Escher

 

Attendons-nous à des révélations en cascade. On n’ a pas fini de rigoler et les abstentionnistes ne sont-ilLEs pas au final les plus lucides parmi les zélecteurEs de cette mascarade qui nous prend pour des KonNEs?

l’ artik sur Jeanmarine:

https://m6info.yahoo.com/assistants-parlementaires-marine-le-pen-doit-rembourser-340-000-euros-au-parlement-europeen-132931600.html?cmpfrfbac

Advertisements

4 réflexions sur “La pétuffe de la Quinzaine: Margarine dans La Peine

  1. Il y a quelque chose de ripou dans ces démocraties monarchiques occidentales. Et on s’étonne que les gens – pour autant qu’ils se déplacent, chose rendue ardue depuis l’introduction en force des smartphones de toutes races – ne se ruent plus dans les urnes.

    Et lorsque les grands travaux comme le TGV de Paris-Turin – sôf erreur de ma part – est quand même signé de force par le président…

    C’est pas pour voter la démocratie helvète, mais chez nous, on a quand même le droit d’aller donner son opinion lorsqu’il s’agit de dépenser les deniers publics !

    Bises de Gene qui souffre du foehn, passant ainsi du gel au dégel comme on sort un paquet du congélateur pour le faire fondre au micro-ondes ! Insupportable !!!

    J'aime

  2. En fait, le Parlement européen aurait obligé Marinette Moulue à rembourser 340 000 euros d’indemnités au motif qu’elle a rémunéré son compagnon (Alliot) comme assistant (l’embauche de proches étant interdite). Justification de la Vertueuse sur BFMTV le 28 janvier, en regard de l’affaire Fillon: « Je suis tombée amoureuse de mon assistant et alors, où est le mal? Nous remboursons tous les mois, petit à petit. »

    Sans rire, le Parlement Européen taxe l’amour : c’est dire à quel point il est urgent de quitter l’Europe.

    Oh oui, interdisons l’embauche directe de conjoints, frères, soeurs, filles, fils et cousins – et les échanges de proches à embaucher indirectement entre potes (tu prends ma femme et je prends ta fille – enfin, façon de parler) scelleront encore mieux les liens entre les crabes. Qu’est-ce qu’on va rire quand lesdits potes se dépoteront au premier coup de haine, brisant ainsi l’harmonie des familles…

    bises

    PS – à propos de l’harmonie des familles: la Russie dépénalise les violences domestiques (faites aux femmes et aux enfants) au motif que leur pénalisation aboutit « à la destruction de la famille ». Source:
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/01/26/contre-les-valeurs-occidentales-la-russie-depenalise-les-violences-domestiques 5069197 3214.html

    J'aime

  3. Texte intégral de l’article du Monde en date du 25.01.2017 (en ligne le 26), visisblement difficile d’accès par le lien:


    LE MONDE 26.01.2017 à 06h41 – Mis à jour le 26.01.2017 à 12h17 par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)

    La Russie dépénalise les violences domestiques pour éviter la « destruction de la famille »
    Sous la pression du pouvoir et de l’Eglise orthodoxe, les députés ont voté un projet de loi qui allège les peines en cas de violences dans le cercle familial.

    «A une écrasante majorité, les députés russes ont adopté, mercredi 25 janvier, un projet de loi controversé visant à dépénaliser les violences commises dans le cercle familial. Le texte, voté en deuxième lecture avec 385 voix et seulement 2 contre, prévoit de commuer en peine administrative des actes de violence n’entraînant pas d’hospitalisation, mais considérés jusqu’alors comme un délit pénal passible de deux ans d’emprisonnement. « C’est un vote historique car, dans certains pays, le rôle de l’Etat dans la vie familiale dépasse toutes les bornes », s’est réjoui, en séance, le député Andreï Issaïev.

    « Le pouvoir veut faire trois pas en arrière en dépénalisant complètement la violence et en retirant aux victimes leur seul mécanisme de protection », s’insurge un collectif de femmes qui appelle à une manifestation, le 4 février, dans un quartier nord de Moscou. Leur précédente tentative de rassemblement, sur la place Bolotnaïa – lieu de rassemblement des grands défilés de protestation contre la réélection de Vladimir Poutine durant l’hiver 2011-2012 – s’est heurtée à un cynique refus des autorités : « Pas assez de place pour 1 000 personnes », a affirmé la mairie.

    Pression de l’Eglise orthodoxe
    Féministes et défenseurs des droits de l’homme ne désarment pas pour autant et font valoir qu’en Russie , plus de 10 000 femmes meurent chaque année sous les coups de leur conjoint. Selon Svetlana Aïvazova, membre du conseil des droits de l’homme au Kremlin, qui s’appuie sur les statistiques officielles, 40 % des crimes graves, dont sont victimes en priorité des femmes mais aussi des enfants, se produisent en milieu familial.

    Sous la pression du pouvoir et de l’Eglise orthodoxe, les promoteurs du projet, qui devrait être adopté définitivement le 27 janvier – une simple formalité – avant d’être promulgué par Vladimir Poutine, ont remis en cause l’introduction, en juillet 2016, de la notion de « proches » dans l’article 116 du code pénal russe relatif aux violences physiques. Ils jugeaient « discriminatoire » le fait que ces proches puissent être poursuivis pénalement alors que les auteurs d’agressions bénignes qui ne font pas partie du cercle familial relèvent du droit civil.

    L’entrée en vigueur de cette disposition aurait pu « aboutir à ce que les parents consciencieux soient menacés de poursuites pénales, jusqu’à deux ans de prison, pour n’importe quel recours, même modéré et judicieux, à la force physique dans l’éducation des enfants », avait aussitôt réagi la commission des affaires familiales du patriarcat sur son site Internet.

    En décembre 2016, interrogé sur ce sujet lors de sa conférence de presse annuelle, Vladimir Poutine avait lui-même répondu : « Il existe d’autres moyens d’éducation que les fessées mais bien sûr, il faut aussi rester raisonnable. » Aller trop loin dans l’interdiction, « c’est mauvais à la fin, ça détruit la famille  », avait-il ajouté.

    Société « traditionnelle »
    Une première mouture du texte, présentée en juillet 2016 par la sénatrice Elena Mizoulina – connue pour être à l’origine d’une loi contre la « propagande homosexuelle », pour ses positions conservatrices sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou sa proposition de taxer les divorces –, mettait en avant la « préservation des valeurs traditionnelles familiales », dans la droite ligne des discours appelant à s’écarter des « valeurs occidentales ».

    Dans la version actuelle, défendue par la députée Olga Batalina, l’exposé des motifs a été expurgé de ces éléments, mais aucune modification sur le fond n’a été introduite. Et le débat public a éludé le sort des femmes battues pour se concentrer sur le droit des parents à punir leurs enfants. « Les traditions russes ne reposent pas sur l’éducation des femmes par le fouet comme certains essaient de nous en convaincre », a toutefois fustigé le député communiste Iouri Sineltchikov, l’une des rares voix discordantes de la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

    Mais peu de victimes de violences domestiques finissent par porter plainte, et seulement 3 % des enquêtes ouvertes franchissent le seuil d’un tribunal. Parfois, la police n’intervient même pas. Fin novembre 2016, le pays s’était ému du cas d’une jeune femme morte sous les coups de son compagnon à Orel, dans la région d’Orlov, 360 kilomètres au sud-ouest de Moscou. Peu avant le drame, la victime avait appelé les secours, en vain.»

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s