Jean Casanova – Radicalisation.


(Palais Bourbon – 126, rue de l’Université – Paris 7° 22 juillet 2016)

–———Jean Casanova

a-radicalisation_1Quelques instants avant l’attentat

–———Quarante-huit heures plus tard, c’est encore le choc à Paris et dans tout le pays devant les décombres encore fumants de la Représentation Nationale, Palais-Bourbon, face à la place de la Concorde, de l’autre côté de la Seine.

–———Le Palais Bourbon a été bombardé ! Les enquêteurs commencent à y voir un peu plus clair concernant la personnalité, les préparatifs et les soutiens logistiques de M.V. (son identité est encore tenue secrète), l’individu qui, dans l’après-midi du 20 Juillet, à l’abri dans la tourelle d’un obusier à chenillettes autotracté de couleur blanche, a détruit de trois salves d’obus 49.3 tirées de la place de la Concorde par-dessus la Seine, le Palais Bourbon, siège de l’Assemblée et de la Représentation nationale.

On ne déplore heureusement aucun mort parmi les parlementaires et le personnel de l’assemblée. Mais les dégâts sont considérables.

La thèse de l’attentat islamiste un instant avancée, le forcené ayant été maîtrisé et débarrassé de sa ceinture d’explosifs factice par le service de la Garde républicaine alors qu’il proférait les cris de « Gattaz akbar » et « El- Khomry akbara » (akbara féminin de akbar), cette thèse islamiste a été rapidement écartée. Les chercheurs du Quai des Orfèvres n’ont pu effectivement retrouver le terme Gattaz dans le répertoire des fous de Dieu, ceci depuis 622 après J.-C., l’année 1 de l’Hégire.

L’Hégire, ou émigration de Mahomet et de ses disciples vers la ville de Médine en 622, inaugure l’ère musulmane.

a-radicalisation_2Le forcené, au moment de son arrestation par la Garde républicaine

–———Nous vous le disions, les dégâts sont considérables, la façade du Palais Bourbon criblée de trous d’obus, la symbolique de la représentation nationale assassinée, mais encore, immenses effets collatéraux, la destruction de la durée légale hebdomadaire du temps de travail, de la rémunération des heures supplémentaires, des conventions collectives, de la médecine du travail, jusqu’à l’interdiction du travail de nuit des enfants… En gros, tout le pacte social construit depuis près d’un siècle.

–———Le Procureur de la République, François Collins, est revenu en détail, lors de sa conférence de presse, sur les dernières avancées de l’enquête. Le magistrat s’est attardé sur la personnalité trouble du forcené, décrit par de nombreux témoins comme très éloignée des considérations religieuses, hormis celles rattachées à Saint-Fric, chose en soi, relativement banale a observé le procureur ; « un individu particulièrement autoritaire et violent » auraient ajouté nombre de ses collègues dans son entourage de politiciens à vie ; consommant normalement du porc et de l’alcool, ceci est important et a été vérifié, a précisé le Procureur Collins.

Malgré ce profil en apparence peu compatible avec une idéologie religieuse rigoriste, M.V. avait donné déjà depuis longtemps quelques signes, sinon de radicalisation, du moins, ce sont les mots du procureur, de préradicalisation : imprécations vis-à-vis des Roms ; déclarations d’amour et attitudes aguicheuses lors des dernières Université d’été du MEDEF ; évocation répétitive du thème de la déchéance de nationalité, jusqu’à plusieurs tentatives avortées de remise en cause du droit de manifestation.

L’exploitation de son ordinateur a révélé, en outre, sa recherche quasi quotidienne ces dernier mois de textes théologiques néolibéraux, ceux fondamentalistes de Milton Friedman et leur version vulgarisée grand public de Jacques Attali.

a-radicalisation_3Le poster retrouvé dans la chambre du forcené

Milton Friedman est un économiste américain mort en 2006. Fondateur de l’École de Chicago, auteur en 1962 du livre-précepte Capitalisme et Liberté, il est l’un des pères du néo-libéralisme et des thèses monétaristes encourageant déréglementations et privatisations. Ses idées ont inspiré les programmes politiques de Ronald Reagan et Margaret Thatcher aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et d’Augusto Pinochet au Chili.

« Si aucun élément de l’enquête ne démontre à ce stade une allégeance formelle de M.V. à l’organisation terroriste de la Société du Mont Pélerin, tout concorde en faveur d’un intérêt certain pour la mouvance néolibérale radicale et son implication dans le libre-échangisme échevelé, tel que le préconise le TAFTA (Trans atlantic Free Trade Agreement) », a encore précisé le procureur Collins.

La Société du Mont-Pélerin est une société de pensée créée en 1947 par un collectif d’économistes, tels que Milton Friedman et Friedrich Hayek, les plus connus, désireuse de promouvoir un « nouveau libéralisme », en réaction à toutes les formes d’interventionnisme étatique. On la considère comme la maison-mère de toutes les doctrines néolibérales.

a-radicalisation_4

–———À compter de la mi-Mai, c’est maintenant établi, le forcené semble avoir formalisé son projet : il se renseigne sur Internet auprès de Thales, la variante militaire de Kiloutou, sur le leasing d’obusiers lourds, en cliquant à plusieurs reprises sur « modèle 49.3 ». Il commence à regarder des vidéos de bombardements de redoutes parlementaires et de casemates sénatoriales, toujours cliquant sur les versions hot « vidéo-choc, âmes sensibles et républicaines s’abstenir ».

C’est à ce moment que ses préparatifs définitifs prennent forme. M.V. réserve et retire l’obusier à chenillettes au camp militaire de Satory ; le préposé à la location, interrogé, se souvient encore de sa question angoissée : « C’est bien un 49.3 ? »

Pas de projet de fuite à l’étranger les faits accomplis, comme s’il était assuré de l’impunité. Sur sa carte bleue, pas de réservation de billets d’avion, pas de retrait d’argent à un distributeur. Seule acquisition, probablement pour le fun, dans un magasin Décathlon (23,50 €), d’un gilet de sauvetage grossièrement maquillé au cirage noir et simulant une ceinture d’explosifs.

a-radicalisation_5

Le Procureur Collins est resté discret, car l’enquête n’est pas encore aboutie, sur le profil du destinataire du dernier et laconique SMS (« François, c’est bon, je vais les exploser ! ») envoyé par le forcené quelques minutes seulement avant le tir de la troisième salve. Car il s’agit là d’un point essentiel que l’enquête vient d’établir : l’affaire est non seulement préméditée mais elle a bénéficié de complicités à un très haut niveau. De source autorisée, le destinataire de ces SMS serait en cours d’être logé et, la chose n’est pas mince, au palais de l’Élysée.

En argot policier, loger signifie localiser, déterminer où vit un suspect, éventuellement le suivre pour repérer et identifier son domicile. Exemple extrait des Mémoires de l’Inspecteur Javert : « Tout va bien ! On a logé tout le monde. Les ritals sont dans un hôtel à Montparnasse, les autres marlous, dans une piaule à Suresnes ».

–———Pour conclure, le Procureur Collins a expliqué pourquoi l’enquête avait été ouverte et se poursuivrait sous la mention « terrorisme » : la Société du Mont- Pélerin, depuis ses origines en 1947, n’a cessé de prêcher et d’encourager à la destruction du pacte social et des institutions républicaines. Et de propager dans le monde entier, par les canaux les plus divers, les thèses fondamentalistes de « La Main invisible du Marché » et le dogme de la Concurrence Libre et non Faussée. Il y a là tous les éléments pour parler d’entreprise concertée et de complot.

a-radicalisation_6

« Bien que pour l’instant, l’organisation n’ait pas revendiqué l’attentat, ce sont bien ses mots d’ordre et son idéologie fanatique qui ont pu conduire ce type d’individu psychologiquement fragile à passer à l’acte. Et nous sommes pleinement dans ce cas de figure. Merci messieurs. »

a-radicalisation_7


4 réflexions sur “Jean Casanova – Radicalisation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s