L’attaque-taque-tique d’Erdogan : l’UE ne doit pas baisser son froc !


erdo-califat2Erdogan le Magnifique

Pour celles et ceux qui nous suivent assidûment depuis la nuit des temps, nous avions déjà évoqué la ruse du Sultan ottoman Erdogan dans l’article du 18 octobre 2015 [Exil-2] Quand Erdogan utilise les migrantEs comme armes – et Daech contre ses opposantEs.

Le 4 février 2013, notre azachroniqueur B. soulevait la question de l’intégration de la Turquie au Club des Cinqou OCS : Organisation de Coopération de Shanghai comptant 6 membres à l’époque – ce qui aurait permis au bouillonnant Recep Tayip le Grand de tourner le dos à l’Europe. C’est ici : l’Organisation de Coopération de Shanghai est une alternative à l’UE ?.

benedict-erdoErdogan, le Phare du Moyen-Orient et du Maghreb

Sans oublier le doux rêve caressé par le kleptocrate autocrate turc de devenir le Phare du Moyen-Orient et du Maghreb à l’heure des Révolutions nord-africaines. Nous avons aussi écrit maints articles sur le sujet dans nos pages AZA, mais nous n’allons pas en faire l’inventaire aujourd’hui. Déjà que je ne trouve pas celui dans lequel nous mentionnions le projet d’acquisition de quatre réacteurs nucléaires de 3ème génération VVER 1200 MW auprès de la Russie en 2012, histoire de se rapprocher de ses potentiels Alliés de l’Est à défaut de ceux de l’Ouest qui le font poireauter depuis des lustres. Ooooh non que les Européens ne veulent pas vendre leur technologie atomique à la Turquie ! Mais c’est de la pure géostratégie turque que de confier ce mandat à son grand voisin de l’Est, histoire de tisser des liens avec Poutine, a repetita.

Erdogan_AssadRévolue, la belle amitié turco-syrienne

Si, à l’époque, Erdo et Assad fussent grands copains, cela changea radicalement lors de la 1ère Révolution syrienne dans le cadre du « Printemps arabe » en 2011. Mais Bachar al Assadque nous surnommiâmes Achar aïe la Baffe à l’époque – ne s’en laissant point compter, réprime les manifestants dans le sang, déclenchant de facto la guerre civile syrienne. L’opportuniste Erdogan le Magnifique y voit là une chance de reconquête de l’ex-Empire Ottoman et tourne-dos fissa fissa à Assad, allant jusqu’à ouvrir sur le territoire turc des camps d’entraînement militaire hermétiquement cloisonnés à la soi-disant « armée libre de Syrie » et qui s’avèrent être, en fait, des camps d’entraînement militaire pour les futurs djihadistes. Car ce serait se leurrer que de croire que la Turquie s’oppose à Daech.

C’est d’ailleurs pourquoi l’armée turque abat l’avion militaire russe qui visait le dernier accès entre l’EIou Daech – entre les territoires turc et syrien, accès par lequel transite nombre de matériaux nécessaires entre les deux acteurs pro-charia. Ce qui attira les foudres de guerre de Poutine qui s’avise pourtant de ne pas envenimer le conflit. Déjà que dans cette zone, c’est le gros bordel puisque la Turquie a permis aux USA d’utiliser leur base militaire américaine de Incirlik à condition que l’armée turque puisse bombarder les Kurdes turcs de l’Est, ces derniers-ères étant touTEs potentiellement du PKK. Bref, dans les faits, Erdogan ne veut pas d’un Kurdistan libre qui isolerait la Turquie du Moyen-Orient. Comme ça, c’est dit et cela va, sans réfléchir plus avant, à l’encontre des objectifs russes… et kurdes.

marchand_tapisMarchand de tapis (toile perse, mais on s’en fout !)

Du coup, à force de jouer triple jeu, Recep Tayip Erdogan se retrouve bien seul sur la scène internationale et voit, dans la panique européenne face à l’afflux des Réfugiés sur le sol Schengen, l’opportunité de faire le marchand de tapis avec l’UE et ce, au détriment des lois internationales sur les Droits de l’Homme. Car non content de soutirer des milliards à l’Europe, le président-sultan turc monnaie aussi la reprise des négociations d’une adhésion accélérée de la Turquie au Club des vingt-huit.

C’est dans ces conditions que l’Union Européenne reçoit le très fier Premier ministre Ahmet Davutoglu comme l’Homme providentiel qui tient le couteau par le manche alors qu’il y aurait d’autres possibilités de négocier et de renverser la vapeur, à savoir le boycott, voire un embargo sur la Turquie si cette dernière utilise les Réfugiés comme armes, ce qui ne manquerait pas de foutre le pays dans un beau chaos. Une façon comme une autre de déstabiliser le pouvoir en place, ce qui ne serait pas une mauvaise chose en soit…

facedebouc


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s