[Suisse] Le mois de mars marque 1 année de lutte pour le collectif R contre les accords Dublin !


Relais refuge@stoprenvoi.ch

Le mois de mars marque 1 année de lutte pour le collectif R contre les accords Dublin !
 –
Bonjour à tou.te.s,
 –
Une année d’occupation du Refuge Saint-Laurent par le Collectif R ! Durant cette année nous n’avons pas chômé mais nous attendons toujours que le Conseil d’Etat vaudois fasse preuve de courage et cesse les renvois Dublin !!
 –
Alors nous serons toutes et tous dans la rue samedi 12 mars, pour rappeler la nécessité de notre lutte, demander un moratoire sur Dublin et que Lausanne se déclare ville refuge. Rdv 13h30 à la place st-Laurent !
 –
Et pour fêter la solidarité, les soutiens reçus, les 35 personnes qui ont déjà échappé à un renvoi Dublin grâce à notre travail, nous vous invitons à une soirée Anniversai’R, le vendredi 11 mars prochain à l’Espace Saint-Martin 18, dès 19h. Au programme, un repas, un bar, une piste de danse, des projections de courts-métrages, un tournoi de Ping-Pong et quelques surprises. Une belle manière de se retrouver pour une soirée plus aérienne avant la manifestation du lendemain.
Et ce n’est pas fini !
 –
Entre le 15 et le 17 mars, plusieurs conférences sont organisées à l’UNIL sous le thème : « Université et migrations : quels engagements ? »
 –
Et Samedi 19 mars, journée d’action nationale pour le droit de rester ! Rassemblement à 11h à la place de la gare à Lausanne, avant de partir tou-te-s ensemble manifester à Zurich. Cette journée marque l’extension de la lutte au niveau suisse avec la collaboration des collectifs de Lausanne, Genève, Berne, Bâle, Lucerne, Neuchâtel et Zurich. 
 –
Le mois de mars va être animé, alors suivez les infos ! Retrouvez tous les rendez-vous et les détails de chaque manifestation sur notre site www.desobeissons.ch et sur notre page facebook.
 –
En espérant vous voir nombreuses et nombreux !
Le collectif R
manif_12mars2016

ANNEXE

Mobilisation contre le renvoi d’un jeune érythréen : le député Manuel Donzé s’engage personnellement et une pétition de soutien récolte 1200 signatures en une semaine

Depuis plus de deux semaines, Tekle, 30 ans, est assigné à résidence en bunker. Cette mesure violente a été prononcée à la demande des autorités vaudoises afin de faciliter son expulsion vers l’Italie, au nom des accords de Dublin. Légalement la Suisse n’a plus qu’un mois pour l’expulser, passé ce délai, elle devra examiner sa demande d’asile 1. Jusqu’au-boutistes et cyniques, les autorités vaudoises entendent bien profiter des quelques jours qui lui restent pour renvoyer Tekle contre son gré. Cela fait pourtant plus d’un an et demi que Tekle espère voir sa demande d’asile enfin examinée en Suisse.

Tekle a subi les affres de la dictature érythréenne. Enfermé et torturé par le régime, il est obligé de vivre dans la clandestinité, privé de sa famille. Les pays voisins ne lui offrent aucune issue car là aussi il est confronté aux risques d’enlèvement et de racket. Cette situation dramatique le contraint à chercher refuge en Europe. Arrivé en Suisse en 2014 après un parcours périlleux, il retrouve des connaissances, apprend très vite le français et devient traducteur pour l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM).

Comme tant d’autres, l’histoire de ce jeune homme n’intéresse pas la Suisse. De son récit, elle ne retient que le fait qu’il ait transité par l’Italie, pays où les conditions d’accueil et d’hébergement sont alarmantes et où Tekle a pourtant déjà vécu la rue.

Indigné par cette situation, Manuel Donzé, président du PDC Lausanne et député au Grand Conseil, a décidé de s’engager aux côtés de Tekle, montrant ainsi son désaccord face à la politique d’expulsion aveugle dans laquelle s’enlise la Suisse. Pour signifier sa détermination à le défendre, il a demandé cette semaine à la justice de paix le transfert de l’assignation à résidence à son domicile. Dans le cas où les autorités vaudoises iraient jusqu’à employer la force à l’encontre de Tekle, il est prêt à intervenir publiquement et à montrer toute sa détermination pour empêcher ce renvoi.

En cela, il est soutenu par le Collectif R qui a lancé une pétition de soutien pour demander aux autorités de suspendre le renvoi de Tekle et qui a déjà récolté plus de 1200 signatures. Le Collectif R continue à se battre contre le maintien des accords de « Dublin ». Lors des 11 derniers mois, grâce à la mobilisation du refuge établi à l’Église de St-Laurent et à la mise sur pied d’un réseau de parrainage, 34 personnes ont échappé à un renvoi forcé et leur demande d’asile est désormais examinée par Berne.

1Une fois la décision de non-entrée en matière prononcée, la Suisse a 6 mois pour expulser le requérant d’asile dans le pays par lequel il est entré en Europe. Passé ce délai, la Suisse devient responsable de l’examen de la demande d’asile.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s