Hommage à Steph – un an déjà!


Tout en sachant que nombre de lectrices et de lecteurs des AZA/NI ne sachent point qui était Steph, il est juste que la folle équipée des apodicticienNEs rende hommage au fondateur de ce blog. Et pour se faire une petite idée de qui était ce personnage attachant, il suffit de le lire et en voici un extrait:

STEPH

Tout ce qu’on ne dépasse pas pourrit; tout ce qui pourrit incite au dépassement.

Au stade actuel, une station un peu prolongée dans la position du lecteur couché sur les pages de X, Y, ou Z par exemple, ne me laisse pas exactement une irrépressible envie de les associer entièrement aux « Apodicticiens », de leur « donner les clés de la maison »; mais rien ne nous interdit non plus expressément de relayer quelques textes de certainEs avec lesquelLEs nous avons des « échanges ponctuels, voire cordiaux ».

Lesdites personnes pourraient cependant exprimer parfois leur désir de nous rejoindre, de participer à l’aventure AZA/N.IPour cela ils devraient tout d’abord ne pas perdre de vue une première exigence de base qui est celle de réunir pour soi et sa propre vie quotidienne les conditions du dépassement de tout ce qui fait de nos relations – des relations encore par trop limitées, un peu distantes, périphériques, comme extérieures – tant que leurs analyses tiendront délibérément à l’écart les perspectives de la transformation radicale du monde, admettant ainsi, sans trop d’efforts, qu’elles pourraient malgré tout « se maintenir » durablement en l’état, exemptes de toute transformation ou progression qualitative de son propre regard sur le monde –(et du nôtre y compris)qui se trouve être à le subvertir au même titre que tous les autres.

Lire la suite sous l’onglet > LE SITE

Pour le reste, je ne suis pas douée pour les hommages et tout le binz qui va avec… il n’y avait que nos envolées lyriques qui stimulaient mon imagination pour ce genre de choses… et pas dit que ce soit bien compris si je commence à déconner ici, sur cet article. Je ne doute pas de l’humour des apodicticienNEs, mais je ne sais que penser de celui des lecteurs-trices des AZA, of course!

ATT912452T’as l’air malin, maintenant!

Gene

samLa Sympathie ne suffit plus, les AmiEs, l’ exigence est à l’ Empathie et au dépouillement des oripeaux religieux de « la Sous-france avec » traduction de « sympathie »…..

voir des chrétinEs adorer un type qui souffre pour racheter nos « péchés »…..et le tolérer est le signe d’ une aliénation qui ne s’ arrête pas aux seulEs chrétinEs, mais s’ étend à toutes les religions, partis politiques (excepté le parti d’ en-rire) et entreprises ayant le Profit pour azimuth. Le Profit et Rôle qui cajole l’ Hubrys de ces traines-savate en Weston-Cravate et Chanel-Louboutin sur la marqueterie du pouvoir patin-couffin.

Comme Steph nous le dit dans ce billet, la propriété intellectuelle n’ est qu’ un leurre pour engraisser la SACEM de Beau-Marché, son fondateur et grâce à l’ HADOPI des Lavilliers et autres Thierry Lhermite, l’ ordure déguisée en Père Noël……l’ irruption des requins du profits dans les « affaires sociales » que ce soit pour les gestions du chômage, assurances maladies, vieillesse,etc….ne dissimulent en rien le fait que seuls 17% des « aides sociales »  vont aux plus pauvres et c ‘est sans compter sans les « aides aux entreprises » qui ne changent rien à rien sinon à abonder les trésoreries des tronpas et de leurs syndicats, FNSEA  et MERDEF en tête….

Autre élément mis en lumière par l’OCDE: l’utilisation de prestations sous conditions de ressources est beaucoup plus répandue dans les pays anglophones et non européens que dans les pays d’Europe continentale. En Australie, plus de 40% des aides sociales vont par exemple aux 20% de la population la moins riche. Ce pourcentage tombe à environ 17% en France où les bénéficiaires d’aides sont beaucoup moins ciblés.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ece08b7c-7407-11e4-af18-ffe6f30f043d/OCDE_d%C3%A9penses_sociales_toujours_%C3%A9lev%C3%A9es_la_France_en_t%C3%AAte

ALors, tu te demandes comme moi où va le reste?……les 83%…..faut pas chercher bien loin, ils vont vers les classes moyennes aisées et c ‘est là où est l’ absurde sous prétexte d’  » égalité républicaine »……entre survivre avec 428 roros par mois et 3500€ + prestations sociales (salaire moyen d’ un ingénieur dans la fonction publique) il y a un gouffre que celui de Padirac, c ‘est juste l’ entrée du terrier du lièvre de Mars….(et je me fous pas mal de la saint-taxe des YaKa-demi-chiens qui ont encore du chemin à faire avant de devenir de vrais chiens)

La seule Empathie citoyenne issue de notre Egalité/Fraternité devrait exiger que ces conditions de survie disparaissent à jamais de la surface de la terre par une croissance dans les pays émergents et une décroissance dans les pays riches, afin que ces 2 milliards qui ne mangent pas à leur faim, puissent devenir autonomes, mais comme d’ hab, les gouvernantEs préfèrent la guerre, la corruption et le chantage pour asseoir leurs dominations de gosses toujours dans le bac à sable de la Maternelle existentielle…..

L’ exigence est au TENIR FERME A CE QUI EST NOBLE………Noblesse du coeur dont tu nous as montré le Chemin, Steph!!! car Y’ en a pas un sur cent, mais ils existent, et tu fus de ceux-là. Je ne t ‘oublie pas, mon pote!!!!

Abraço do Sam

ni2-23-06-13

189553663

J’ai bossé mon truc, et pourtant, je t’avoue, Mika, la date donnée n’était pas facile, parce qu’il faut creuser pour trouver quelque chose d’intéressant à dire sur le 28 novembre !

C’est qu’il ne se passe pas grand chose, les 28 novembre, c’est comme ça ! C’est un jour sans ! Le jour a même été reconnu comme tel au niveau mondial, puisque c’est la journée de rien !

Nada, quetchi !

Et des jour qui ne sont pas la journée mondiale de quelque chose, il n’y en a pas des masses ! On colle de la femme par ci, comme si être de sexe féminin ne donnait droit à un peu d’importance qu’un jour par an, de la journée de la carotte, du cresson, et même du slip par là, mais le 28 novembre, rien ! C’est jour de repos !

Et l’histoire aussi, a du mal avec cette date !

Il faut creuser pour trouver quelques naissances de seconds couteaux dont j’aurai pu parler…

De Matt Cameron, le batteur de Soundgarden et de Pearl Jam / qui fête aujourd’hui ses 52 ans, ce qui ne rajeunit ni le grunge / ni votre serviteur…

Du financier personnel de Marx / Engels / qui, lui / fête ses 194 ans / et est en moins bon état que Cameron… / comme quoi, ceux qui affirment que les années n’ont pas de prise sur nous / Et bin ils racontent de belles conneries !

Si, j’aurai pu parler de Richard Wright, ce romancier noir américain des années 50, mort un 28 novembre.

Wright, / communiste conscient / qui ne comprendra jamais que les communistes qu’il connait rejettent la réflexion / et l’intelligence.
Il mourra avant que ne soit évidente la réponse : ce communisme là n’est pas communiste, c’est juste une ploutocratie de plus / dans un monde dirigé par des nantis au service d’autres nantis.
Pourtant ses livres étaient bons… intelligents. Ils reflétaient parfaitement la ségrégation et le racisme ambiant, y compris en France.

J’aurai pu aussi citer le 28 novembre 1943, et la conférence de Téhéran, pendant laquelle Churchill, Roosevelt et Staline décidèrent du débarquement / et du redécoupage du monde qu’ils allaient se partager…
ou le 28 novembre 1520, jour où le Victoria, le bateau de Magellan, débouche enfin dans le Pacifique…

Mais ces dates sont secondaires, elles aussi, et des conférences, on ne retiendra que Yalta, comme de Magellan, on ne retiendra qu’un nom, un détroit …
Parenthèse : il est urgent d’aller écouter le live de Détroit, le groupe, et la puissance de Cantat sur scène…

Alors voilà, je suis planté devant le 28 novembre, et il ne s’y passe pas grand chose, on en fait pas grand chose, et pourtant, il faut bien que je te ponde un truc, quand même !

Et je repense à ce jour vide, à cette case radiophonique aussi, ce trou dans le temps, cet arrêt renvoyant tant au passé, au présent qu’au futur.

Et puisque tous les temps y sont convoqués, puisque, aussi, j’ai eu la chance de rencontrer, il y a peu, des gens extraordinaires, que je ne connaissais, jusque là, que de voix et d’écrit, ma pensée vagabonde m’amène auprès de tous ceux que j’aime.

De ceux qui sont là, bien présents, de ceux qui se sont éloignés aussi, pour diverses raisons, de ceux qui nous ont quitté, mais ont laissé des traces indélébiles, avec une pensée particulière pour Steph Kerfando, et ses rages rieuses et salvatrices, qui nous a quitté il y a un an, ce frère pour lequel je pleure encore.

Mais Steph n’est pas le seul à habiter mes pensées, non, vous y êtes tous, vous que j’aime, vous qui avez un coeur, vous qui avez un esprit et une réflexion, vous qui savez ce qu’humain veut dire, et ignorez leur égocentrisme, pourtant si fréquemment martelé / qu’il entre dans la plupart des têtes !

Et puisque le 28 novembre n’est la journée de rien, où du moins de pas grand chose, si ce n’est une triste journée d’automne pluvieuse, alors je transforme cette journée en journée de joie, en un jour où je convoque mes amis, et les embrasse, juste comme ça, pour emplir cette journée, pour y mettre des rires, des mondes reconstruits durant de longues nuits, des accolades sincères, des baisers qui claquent et quelques danses aussi.

Josh

images--29--1-Les apodicticienNEs


6 réflexions sur “Hommage à Steph – un an déjà!

    1. un jour de rien qui devient, par notre seule volonté, un jour de joie, pendant lequel nous aurons privilégié les accolades avec ceux qui sont toujours là. Donc un des jours, si nombreux si nous le voulons, d’une importance sans nom.

      Et l’accolade t’es portée aussi !

      Aimé par 1 personne

  1. Merci à vous trois pour cet hommage à Steph ;quant à moi je n’écrirai pas(comme d’hab,vous allez me dire) mais je me souviens qu’il mettait quelques fois des chansons d’HFT sur son blog alors pour Steph et celles et ceux qui l’aimaient

    Bises à tout le monde

    Aimé par 1 personne

  2. Mes mots devaient être radioportés, initialement. Les intempéries du sud de la fRance auront décidé que non, que ces mots devaient être totalement portés à la mémoire de Steph…

    Mais sinon, en dehors des épisodes cévenoles, vous pouvez retrouver l’excellente émission de Mika, sur Radio Larzac, Les Vieilles Cabines Not Dead, tous les vendredi, vers 18h30, et les mots que j’y laisse lors d’une rubrique assez souvent (sans compter que le reste de la programmation de cette radio est bonne !

    Écoutable en podcast ici : http://www.radiolarzac.org

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s